Qu’est ce que la montée de lait

Attendue ou redoutée, ce moment crucial de la lactation est un phénomène mal connu des mères et fait encore l’objet de beaucoup de mythes.

Que se passe-t-il dans les seins ?

Sous l’effet des hormones de la grossesse, la glande mammaire se modifie dès le début de la grossesse. La sensibilité des seins et/ou le changement de volume est d’ailleurs, un des premiers symptômes de la grossesse !

Vers la 16ème semaine de grossesse, certaines cellules se spécialisent et deviennent des cellules lactifères. Elles commencent à sécréter le « premier lait » : le colostrum.

Vous pouvez donc avoir des petites pertes de colostrum pendant la grossesse, ou des petites « croutes » de colostrum séché au bout des mamelons.

Les cellules lactifères commencent à produire du colostrum, mais la production reste limitée : les hormones du placenta bloquent les récepteurs à prolactine et maintiennent ces cellules dans une disposition spécifique empêchant la production de lait. En quelque sorte, tout est en place… mais fonctionne au ralenti en attendant l’accouchement.

Après l’accouchement, le placenta est expulsé et il y a donc une chute brutale des hormones placentaires. Le mécanisme hormonal qui bloquait la production de lait s’estompe.

En parallèle, les tétées fréquentes de votre bébé, et l’expression du colostrum qu’il boit créent un nouveau terrain hormonal. Chaque tétée (ou expression au tire-lait) engendre une réponse hormonale très spécifique.

Les cellules lactifères qui, jusque-là, fonctionnait au ralenti se mettent en « ordre de marche » et accélère la production de lait. Le colostrum change progressivement d’aspect… il se fluidifie et sa couleur change. On parle alors de lait de transition.

Quand a lieu la montée de lait ?

La montée de lait n’est pas un phénomène soudain : c’est un processus progressif qui commence environ 30h après l’accouchement et se poursuit les 14 premiers jours.

Autrement dit, vous pourrez observer les premiers signes de la monté de lait à la maternité mais le phénomène va continuer après le retour à la maison.

Qu’est-ce que je peux observer ?

Généralement, 2 à 4 jours après la naissance, vous entendez de plus en plus votre bébé déglutir.

Si vous tirez votre lait, vous pouvez observer que les volumes augmentent de tirage en tirage.

Montée de lait1

(D’après les chiffres du feuillet IPA « Stimuler ma lactation)

Comme votre bébé reçoit de plus en plus de lait, il évacue son méconium et ses selles deviennent jaunes et liquides.

L’afflux de lait dans les seins n’est possible que par un afflux de sang. Le réseau veineux et artériel est lui aussi sollicité… Si vous avez la peau claire c’est même visible en transparence.

Florence Foresti en parle avec humour : « Les seins ressemblent à une carte routière ! »

Cet afflux sanguin et lymphatique entraine souvent une sensation de chaleur sur les seins. L’augmentation des volumes de lait se traduit aussi par une augmentation du volume des seins. Si vous portez des soutiens gorges c’est le moment de réévaluer la taille !

Est-ce que ça fait mal ?

Quand tout se passe bien : Non.

Vous pouvez ne ressentir qu’une légère tension et sensation de chaleur sans véritables douleurs (surtout si vos seins sont régulièrement drainés).

Mais parfois, si les tétées sont trop espacées ou pas assez efficaces, les seins peuvent s’engorger et devenir durs et douloureux. Quand les seins sont durs, les bébés ont plus de mal à prendre correctement le sein en bouche ce qui peut causer des douleurs aux mamelons et empêcher que les seins soient bien drainés !

Pour éviter que s’installe ce cercle vicieux, n’hésitez pas à vous faire aider d’une sage-femme : elle vous aidera à exprimer un peu de lait manuellement ou avec un tire-lait. La tétée sera facilitée et le soulagement rapide !

Quand la montée de lait se fait attendre…

Si certaines femmes ont des montées de lait spectaculaires avec des seins énormes et durs, d’autres en revanche, ont des symptômes bien plus discrets. Si votre bébé grossit normalement (sans complément au lait industriel), que ses selles sont jaunes et abondantes et qu’il semble repu au sein : il n’y a pas de miracle, votre montée de lait est bien en court ! Ne soyez pas inquiète, tout va bien !

Mais certaines circonstances d’accouchement ou circonstances médicales peuvent retarder et minimiser la montée de lait.

Si votre bébé perd plus de 10% de son poids de naissance, s’il a peu de selles, s’il doit prendre des compléments, s’il dort beaucoup et tète peu, si vous avez du mal à lui donner le sein :

Il est important de faire un point complet avec un professionnel. S’il y a une consultante en lactation dans l’équipe médicale : demandez à la rencontrer.

Si la montée de lait tarde, il faut comprendre pourquoi !  Au besoin, il est toujours possible de stimuler d’avantage la lactation et de donner un petit « coup de pouce » à votre corps. L’utilisation d’un tire-lait en double pompage est souvent indiquée dans ces situations.

Et après ?

Environ 2 semaines après la naissance, quand tout se passe bien, vos seins produisent du lait « mature » et les quantités s’adaptent à la demande de votre bébé. Votre « montée » de lait est terminée.

Vous produisez entre 700 et 900ml par 24h

La production de lait s’adapte à l’appétit de votre bébé et varie selon les moments de la journée. La lactation se maintient tant que votre bébé tète régulièrement et efficacement… jusqu’au sevrage !

Profitez sereinement de ces moments précieux avec votre bébé ! 

0

Source : http://arn-messager.com/2015/11/17/montee-de-lait-contre-le-lactose/
soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *