Quel menu pour les fêtes ?

quel menu pour les fetes

Quand on allaite, on se pose souvent la question de ce que l’on peut manger. Nous avons déjà  évoqué ce sujet dans l’article « peut-on manger de tout ? ».

Mais voyons d’un peu plus près les aliments festifs traditionnellement mis sur nos tables de Noel :

Huitres crues,  fruits de mer, poissons crus ou fumés ?

Ce sont des produits risqués s’ils ne sont pas frais. La première chose à faire et de s’assurer de leur fraicheur. Les huitres fraiches doivent impérativement être vivantes. Faites le test en y ajoutant une goutte de citron ou de vinaigre, elles doivent se contracter. Toute odeur ou gout suspect doit vous alerter.

S’ils sont cuits, les fruits de mer présentent moins de risques.

Les poissons gras sont des carnassiers en bout de chaine alimentaire et ils peuvent accumuler des polluants susceptibles de passer dans le lait maternel. Il est préférable de choisir des poissons d’élevage biologique ou de ne pas en consommer si vous n’en connaissez pas la provenance.

Viande crue ou saignante ?

La problématique est la même que pour les fruits de mer. Assurez-vous de la qualité de la viande et de sa fraicheur. Si cela est possible, préférez les viandes bien cuites, moins risquées car la cuisson tue la plupart des bactéries.

Fromage au lait cru, charcuterie artisanale

Ces aliments sont déconseillés pendant la grossesse pour protéger le fœtus d’une transmission par le placenta et du risque de fausse couche en cas de  listériose mais ce n’est évidemment plus le cas une fois votre bébé né à terme et en bonne santé.

Si toutefois vous avez consommé un aliment contaminé par une toxine ou une  bactérie (bacille botulique, la Listeria, la Salmonelle, le Shigelle, la Ciguatera, l’E. coli…), vous risquez pour vous-même une intoxication alimentaire.

Cela va véritablement gâcher vos fêtes mais en général cela n’est pas un motif de sevrage.  Il faudra consulter et trouver un traitement adapté à l’allaitement. C’est possible dans la plupart des cas, même si vous avez besoin d’antibiotiques. Pensez à bien vous hydrater pendant cet épisode de diarrhées et/ou vomissements.

Le foie gras, magret de canard, Chapon et volailles

Depuis les épidémies de grippes aviaires, ces aliments peuvent devenir inquiétants. Sur une grippe humaine saisonnière (comme pour la plupart des virus), nous savons qu’il n’est pas nécessaire de suspendre l’allaitement. Pour la grippe aviaire, nous manquons encore de recul pour l’affirmer avec certitude, cependant les symptômes se manifestent qu’après plusieurs jours d’incubations : suspendre l’allaitement au moment de l’apparition des symptômes semble donc inutile puisque votre bébé aura été exposé bien avant. De plus, les cas de transmission de l’animal à l’homme sont rares et mal connues.

Les expériences avec les autres virus récents (chikungunya, zika) sont tout de même assez rassurante et ne montrent pas plus de risques de transmission via le lait maternel.

En cas de grippe, là encore, il est possible de trouver un traitement compatible avec l’allaitement

Champagne, vin chaud, apéritifs, desserts alcoolisés

L’alcool passe dans le lait maternel, une consommation quotidienne est donc déconseillée. Cependant, de façon très occasionnelle et très modérée et si l’enfant est né à terme et en bonne santé, elle peut être tolérée. (Voir article sur l’alcool)

Le repas de Noel peut donc être l’occasion de trinquer en famille autour d’une coupe de champagne !

Les desserts flambés ne contiennent quasiment plus d’alcool et les chocolats ou déserts arrosés de liqueurs contiennent de trop faible doses pour augmenter significativement votre alcoolémie.

Bon appétit et joyeuses fêtes de fin d’année !

soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *