Peut-on boire de l’alcool quand on allaite ?

image de cocktail d'alcool

Les fêtes approchent et vous vous demandez sûrement si vous pouvez boire un petit verre en famille ?

Trinquer aux 12 coups de minuits avec une coupe de champagne ? Manger des chocolats à la liqueur ?

Profiter du « trou normand » ? Boire un vin chaud sur le marché de Noel ?

Culturellement, les festivités de fin d’année sont riches d’occasions de boire un verre en toute convivialité, ou de consommer des spécialités alcoolisées.

La Minute Maternelle vous apporte un regard avisé sur le sujet et vous donne quelques astuces…

Si vous faîtes partie de celles qui apprécient ces moments, il serait dommage de vous en priver uniquement au motif que vous allaitez. Si de plus votre bébé est né à terme et est en parfaite santé, il serait encore plus dommage de choisir d’arrêter l’allaitement pour cette raison.

Une consommation occasionnelle et raisonnée – un verre d’alcool ou deux – ne contre-indique pas l’allaitement.

Sachez que si vous buvez de l’alcool, votre lait aura un taux d’alcool identique à celui de votre sang.  Par exemple, si vous avez 0.5 g/l de sang au moment de la tétée, cela veut dire que vous avez 0.5 gramme d’alcool par litre de lait.

Toutefois, un bébé ne boit jamais 1 L de lait en une tétée ! Selon son âge et son efficacité, il reçoit plutôt 50 à 140 ml par tétée.

Ainsi, dans le cas où votre bébé prend une tétée de 100 ml, et que votre alcoolémie est à 0.5 g/l de sang, il recevra seulement 0.05 g/l d’alcool dans son estomac. Cet alcool sera métabolisé par son système digestif, et donc, la dose d’alcool retrouvé dans son sang sera négligeable.

Quel effet sur mon lait maternel ?

Si vous consommez de l’alcool en période d’allaitement, sachez que la qualité nutritionnelle du lait n’est pas directement modifiée par l’alcool. En revanche, l’alcool a un impact sur les hormones de l’allaitement. En effet, cela va entraîner une augmentation du taux de prolactine et une baisse du taux d’ocytocine. Ce qui signifie que vous pouvez avoir la sensation d’avoir les seins plus pleins, alors même que votre lait sort moins facilement.

Comment m’organiser ?

Légitimement, si vous souhaitez profiter des fêtes de manière raisonnée et raisonnable, il est important de garder en tête quelques infos clés.

image d'une femme qui va boire un verre d'alcool
femme allaitante et alcool ?

La Minute Maternelle vous explique comment faire la fête tout en minimisant les quantités d’alcool absorbées par votre bébé. Pour cela, il est bon de savoir que :

– Si vous êtes à jeun lorsque vous avez consommé, le pic d’alcool dans le sang arrive 30 à 60 minutes après avoir bu. En revanche, si cette quantité d’alcool est consommée au cours d’un repas, alors le pic arrivera au bout de 60 à 90 minutes.

– En effet, la présence d’aliments dans l’estomac ralentit l’absorption de l’alcool. Notamment si ces aliments sont riches en graisses, l’absorption sera moins rapide.

table de repas de fête avec alcool
repas de fête et allaitement

Ceci est plutôt une bonne nouvelle en période de fêtes ! Effectivement, les repas de fêtes sont souvent riches et abondants ; et les menus souvent composés d’aliments riches en graisses… foie gras, fromages etc…

Sachant cela, vous pouvez donc adapter le moment d’allaiter par rapport à votre prise d’alcool. En effet, si vous vous faîtes plaisir en dégustant un bon verre au cours d’un bon repas, tenez compte de l’heure approximative du pic d’alcoolémie dans votre sang. Vous pourrez alors veiller à donner le sein avant ou après ce « pic » d’alcoolémie.

Nos recommandations

Ainsi, il est préférable de boire juste après la tétée, de façon qu’il n’y ait pas encore d’alcool dans votre sang lors de cette tétée. Il est ensuite recommandé d’attendre 2 ou 3 heures, avant de donner la tétée suivante. Ainsi votre corps aura déjà commencé à éliminer l’alcool.

Pour vous aider à organiser votre soirée, vous pouvez utiliser les outils de sécurité routière pour évaluer votre taux d’alcoolémie. Par exemple, il existe un Calculateur d’alcoolémie :

outil pour calculer le taux d'alcool
calculez votre taux d’alcool avant d’allaiter

Cet outil va prendre en compte certains paramètres : votre sexe, votre poids, le type de consommations, le moment de la prise de votre repas… Vous allez alors pouvoir consulter votre « résultat » en entrant « l’heure de votre tétée » à la place de « l’heure de retour ».

Si la soirée est vraiment très arrosée, il est préférable d’attendre que votre taux d’alcoolémie soit redevenu à des taux plus bas. Retenez également que le taux d’alcool diminue en moyenne 0,10 à 0,15 g par heure. Au fur et à mesure que vous éliminez l’alcool de votre sang, il s’élimine aussi de votre lait. Autrement dit, l’alcool ne s’accumule pas et ne se stocke pas dans votre lait. Il est donc inutile de tirer votre lait pour le jeter.

Restez vigilante

Outre le fait que l’excès d’alcool comporte des risques en altérant la vigilance de la mère pour prendre soin d’un bébé, il peut y avoir des conséquences désagréables sur l’allaitement. En effet, un taux élevé d’alcool peut bloquer le reflex d’éjection, ce qui peut entraîner un risque accru d’engorgement.

Evitez donc autant que possible les excès. Si toutefois vous savez que vous risquez de boire un peu plus que de raison pour fêter la nouvelle année, pensez à être accompagnée d’une personne sobre pour veiller sur votre bébé. Anticipez cette soirée en ayant tiré préalablement votre lait, grâce à un tire-lait. Sachez que si votre lait peut se conserver en respectant certaines règles, ou encore être congelé, ce qui permet d’avoir un stock d’avance pour le réveillon !

Pensez donc à emporter avec vous un tire lait manuel comme le Easy 3D de Seinbiose, léger, compact et parfaitement adapté à un tirage occasionnel, ou encore un mini électrique pour soulager vos seins le temps de la fête… Une nuit sans tétée ni tirage pourrait vite gâcher la fête !

soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *