L’importance des tétées précoces

L’importance des tétées précoces

Vous avez peut-être lu ou entendu comme recommandation de mettre votre bébé tôt et fréquemment au sein pour bien démarrer l’allaitement et stimuler la montée de lait.

Comment se régule la lactation ?

Pendant la grossesse, les seins produisent déjà de toutes petites quantités de colostrum. Les hormones de la grossesse, en particulier la progestérone et l’hormone lactogène placentaire (HPL) bloquent la production de lait.

L’expulsion du placenta entraine une chute des hormones placentaires et libère la capacité des glandes mammaires à produire du lait. Cela explique que même les mères qui ne souhaitent pas allaiter ressentent une montée de lait plus ou moins marquée alors que leur bébé n’a jamais tété.

En l’absence de tétées ou d’expression de lait, le lait produit reste dans les seins. Cette accumulation entraine également le cumul d’un facteur régulateur de la lactation contenu dans le lait appelé par les scientifiques FIL (Feedback inhibitor of lactation). Plus il y a de lait stocké dans les seins, plus il y a de FIL.  L’abondance de FIL stocké dans les seins et sa présence prolongée inhibe la production de lait. Dans un premier temps, la production de lait ralentie puis la glande mammaire cesse progressivement de produire du lait.

Une stimulation insuffisante peut être due à un nombre de tétées (ou tirages) trop faible ou bien un drainage peu efficace (succion du bébé inefficace, tire-lait non adapté). Dans ce cas, la glande mammaire continue tout de même de produire du lait mais les quantités de lait produites seront  insuffisantes et à la baisse.

La quantité de lait extraite à chaque tétée détermine la vitesse de production de lait pour la tétée suivante. Autrement dit, plus on extrait du lait des seins et plus le corps produit du lait.

Il est donc primordial que les tétées soient fréquentes ET efficaces.

Pourquoi  commencer « tôt » les premières  tétées ou stimulations avec un tire lait ?

  • Pour profiter de la phase d’éveil particulière de la naissance !

Juste après la naissance, le bébé est dans une phase d’éveil qui peut durer une heure ou deux. Cette rencontre avec ses parents, les yeux dans les yeux est souvent un moment très émouvant mais sur le plan physiologique, c’est un moment où ses aptitudes sont maximales. Il peut ramper et trouver seul le mamelon. Il peut paraître hésitant avec sa bouche mais en réalité il s’exerce et au fil des minutes, si on lui laisse le temps, il gagne en compétences. Il tire de mieux en mieux la langue, il ouvre la bouche de plus en plus grande. C’est LE moment idéal pour une première expérience réussie au sein et cela facilite les prises suivantes.

  • Pour favoriser la production de lait

La première tétée, la fréquence les deux premiers jours ainsi que la quantité de lait produite au cinquième jour sont toutes liées.

 

Dans une étude d’observation (2002)*, 87 mères ayant accouché d’un enfant de très petit poids de naissance (moins de 32 SA ou moins de 1500 g) ont été observées.

Cette étude a montré que les facteurs favorisant une poursuite de l’allaitement et/ou de l’expression du lait après 40 semaines d’aménorrhée  étaient :

– Les premières séances d’expression de colostrum dans les 6 heures après l’accouchement,

– L’expression fréquente du lait par la suite (plus de 5 fois par 24 h),

– La pratique du peau à peau et des mises au sein fréquentes ayant commencé avant 35 semaines d’Aménorrhée.

Dans une autre étude (2012)**  20 mères ayant accouché d’un enfant de très petit poids de naissance ont été tirés au sort et réparties en deux groupes.

Un groupe commençait à exprimer du lait dans l’heure qui suivait la naissance. L’autre groupe commençait à exprimer du lait entre 1 à 6 h après la naissance.  (Les mères utilisaient un tire-lait à double pompage et tiraient 8 fois par 24 h.)

Le groupe de mère qui avait commencé à tirer du lait dans l’heure qui suivait la naissance a recueilli plus de lait au total pendant la première semaine et les volumes quotidiens recueillis à 3 et 6 semaines étaient eux aussi supérieurs. Ces mamans avaient aussi observé une montée de lait plus précoce.

  • Pour favoriser l’involution utérine et limiter le risque hémorragique

En dehors de la production de lait, il est aussi très bénéfique pour les mères de proposer le sein (ou commencer à tirer le lait) très rapidement après l’accouchement. L’un des facteurs de risque d’une hémorragie  en suite de couche est l’atonie de l’utérus, c’est-à-dire un utérus qui contracte peu. Or, les tétées libèrent de l’ocytocine pour éjecter le lait. Toutes les petites contractions déclenchées par les tétées ou les séances au tire lait vont aider l’utérus à se contracter et donc à reprendre sa taille et sa place plus rapidement.

  • Pour favoriser une colonisation bactérienne intestinale spécifique.

Votre bébé était dans un environnement stérile jusqu’à la rupture de la poche des eaux. Le passage dans le vagin va être l’occasion d’une première colonisation de germes pour votre bébé. Son premier « repas » va également  coloniser l’intestin pour faire naitre sa première « flore intestinale ». Le colostrum est LE « met » de choix à privilégier ! Véritable pré et probiotique qui va favoriser des germes spécifiques comme les bifidobactéries.  Il n’y a pas urgence à nourrir un bébé qui vient de naitre : quand cela est possible, il est préférable de lui laisser le temps de prendre une première tétée.

Et si ça ne se passe pas comme prévu ?

« je suis séparé de mon bébé » / « mon bébé ne peut pas téter »

Parfois les conditions de la naissance, l’état de santé de la mère ou du bébé ne permettent pas de proposer la (es) première(s) tétée(s) de façon précoce.  

Pas de panique, même quand les conditions ne sont pas idéales, il est toujours possible de lancer la lactation.

Tout d’abord, le changement hormonal dû à l’expulsion du placenta va jouer son rôle quelles que soient les conditions d’accouchement (voie basse ou césarienne). Si votre bébé ne peut pas téter pour des raisons de santé ou parce que vous êtes séparés, vous pouvez de votre côté commencer à stimuler votre lactation.

Le plus simple et le plus rapide est d’exprimer manuellement un peu de colostrum avec vos mains dès que vous en avez l’occasion. Une sage-femme peut vous apprendre le geste si vous n’y arrivez pas seule. Reproduisez ces petits tirages manuels autant de fois que possible. Ce geste peut être pratiqué en salle de naissance ou en salle de réveil après une césarienne. Si cela déclenche des petites contractions c’est un très bon signe d’efficacité, votre bébé aurait fait de même s’il pouvait téter.

Le colostrum ainsi recueilli peut être donné à votre bébé avec une petite cuillère ou une petite seringue. Quand il y en a peu ou que le bébé ne peut pas être alimenté par voie entérale, ces quelques gouttes peuvent servir pour des soins de bouche et ainsi coloniser la bouche et le tube digestif de votre bébé de façon qualitative et renforcer ses défenses immunitaires.

Si votre bébé est hospitalisé ou que vous ne pouvez pas l’allaiter souvent par la suite, il est souhaitable de vous équiper d’un tire lait électrique double pompage afin d’extraire 8 à 10 fois par 24h le plus de lait possible. Ainsi vous permettrez à vos seins d’avoir une vraie « montée de lait » pour couvrir les besoins de lait de votre bébé.

« Mon bébé n’a pas voulu téter en salle de naissance »

Parfois même, quand une première tétée est proposée en salle de naissance, certains bébés ne tètent pas. Vous pouvez alors le laisser en peau à peau prendre un premier contact avec sa bouche sur votre mamelon. Votre  flore au niveau de l’aréole  et la flore de votre colostrum ont quelques points communs qui seront déjà un premier bénéfice pour la colonisation de sa propre flore. Vous pouvez aussi vous-même extraire quelques gouttes de colostrum et le laisser les lécher directement sur votre aréole.

 Le peau à peau présente de toute façon de nombreux avantages pour votre bébé même s’il ne semble pas volontaire pour téter. Profitez de ce moment de découverte mutuelle et laissez-lui d’autres occasions pour essayer plus tard.

« Mon bébé dort beaucoup » « Mon bébé tète peu, il n’est pas efficace »

Certains bébés dorment beaucoup les heures suivant la naissance. D’autres tètent régulièrement mais ne sont pas très efficaces au sein et déglutissent peu.

Si les premières tétées sont trop peu fréquentes et peu efficaces, il y a un réel risque de retard à la montée de lait, puis à terme, un « manque de lait ».

La meilleure prévention est d’allaiter aux signes d’éveils sans attendre que votre bébé « réclame » le sein par des pleurs. Dès qu’il fait des petits mouvements de bouche, de tête, de langue ou semble chercher sa main en tournant la tête sur les côtés, proposez-lui le sein. Ces mouvements sont souvent de courte durée et si l’on n’y prête pas attention votre bébé peut se rendormir et repartir dans un nouveau cycle de sommeil.  Le peau à peau est un bon moyen de guetter ces petits signes et de l’avoir tout près de votre sein.

Il est normal que votre bébé perde du poids les 48 premières heures de sa vie même s’il tète fréquemment et efficacement. Cette perte de poids devrait se situer autour de 5% de son poids de naissance. La plupart des protocoles de maternité prévoient de donner des compléments si la perte de poids atteint les 10% du poids de naissance. Or généralement, les bébés qui perdent autant de poids sont ceux qui tètent peu ou qui ne sont pas efficaces. Aussi n’hésitez pas à réagir avant d’atteindre les 10% de perte de poids. Dès 7% de perte de poids, cherchez de l’aide, demandez à ce qu’une sage-femme ou une consultante en lactation vienne observer une tétée entière. 

Dans cette situation, vous pouvez aider votre bébé à stimuler la montée de lait en exprimant du lait manuellement ou avec un tire lait après chaque tétée. Ceci vous assurera un bon drainage des seins même si les quantités vous semblent dérisoires. Plus vous activerez la montée de lait et plus vous faciliterez la reprise de poids de votre bébé.

Dans beaucoup de cas, le fait que le lait arrive en quantité plus abondante et plus facilement suffit à redonner de l’énergie aux bébés pour être suffisamment actif au sein et reprendre du poids. Quand cela n’est pas le cas, le lait exprimé peut être utilisé en première intention pour complémenter votre bébé et éviter ou limiter les compléments de préparation pour nourrisson.

 

Source : *Furman L, Minich N, Hack M. Correlates of lactation in mothers of very low birth weight infants. Pediatrics. 2002 Apr;109(4):e57.

http://pediatrics.aappublications.org/content/109/4/e57.full.pdf+html

**Parker LA, Sullivan S, Krueger C, Kelechi T, Mueller M. Effect of early breast milk expression on milk volume and timing of lactogenesis stage II among mothers of very low birth weight infants: a pilot study. J Perinatol. 2012 Mar;32(3):205-9.

 

 

soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *