Les plantes : alliées de l’allaitement

Les plantes : Alliées de l’allaitement

Depuis des millénaires, les plantes sont utilisées dans toutes les médecines du monde et inspirent la recherche pharmaceutique. L’allaitement ne fait pas exception. Il est possible d’utiliser les vertus des plantes pour stimuler la lactation, soigner les pathologies de l’allaitement ou stopper la production de lait.

D’après l’académie of breasfeeding medicine « Les mécanismes d’action de la plupart des plantes sont inconnus. La plupart d’entre elles n’ont pas été évaluées scientifiquement, mais leur utilisation traditionnelle permet de penser qu’elles sont sans danger et peuvent être efficaces (…) ».

Il est compliqué d’évaluer scientifiquement l’effet des plantes faute de doses standardisées de produit actif. D’ailleurs, l’expérience des mères et des soignants est plutôt positive dans ce domaine.

Les plantes galactogènes

Si vous avez besoin de stimuler votre lactation, en plus des tétées fréquentes, vous pouvez avoir recours à des plantes dites « galactogènes » pour booster votre lactation.

 

Le Fenugrec

 

Très fréquemment utilisé en cuisine, cette plante est traditionnellement connue pour ses propriétés galactogènes. Utilisable en gélules, la posologie habituelle est de consommer entre 3 000 et 6 000 mg par jour. L’objectif étant d’obtenir l’effet désiré sans dépasser un total de 6000 mg par 24 heures (vérifiez le grammage des gélules car il varie en fonction des laboratoires).

Il est également possible d’en faire une tisane avec ¼ de cc de graines infusées pendant 10 min dans 225ml d’eau. Dans ce cas, la posologie est de 3 tasses par jour. Si cette plante a un effet sur vous, comptez 24 à 72h avant d’observer une différence sur votre production de lait.

Beaucoup de « tisanes d’allaitement » vendues dans le commerce contiennent dans leur composition du fenugrec. A savoir que le fenugrec pris à ces doses change l’odeur du lait, de la sueur et des urines. Par ailleurs, il a un effet laxatif, hypoglycémiant,  hypolipidémiant et peut donner lieu à des réactions allergiques.

La galega

Cette plante porte en son nom sa vertu : En grec gala signifie « lait » et  ageïn «produire ».

La posologie habituelle en tisane est d’une cuillère à café de feuilles séchées infusées pendant 10 min dans 225ml d’eau à boire en trois prises par jours. Il est possible de l’utiliser en teinture mère : 20 à 40 gouttes dans de l’eau ou du jus de fruits, 3 fois par jour.

La galega est également connue pour  favoriser le développement des glandes mammaires. Cette action est probablement due aux phyto-œstrogènes contenus dans la plante. Ces composants agissent en stimulant la prolactine, hormone indispensable à la sécrétion lactée. Cette plante fait partie de la composition du galactogil®, préparation fréquemment prescrite par les sages-femmes aux mères allaitantes. Comme le fénugrec, elle a elle aussi un effet hypoglycémiant et hypolipidémiant. A ce jour, il n’y a pas d’autres effets secondaires connus.

Le chardon Marie

Les fruits de cette plante et non les feuilles ont un effet galactogène et on ne lui connait pas d’effet secondaire. La posologie habituelle de cette plante est aussi sous forme de tisanes ou gélules.

En tisane : 1 cc de de graines écrasées infusées pendant 10 min dans 225ml d’eau en 2 à 3 prises par jour.

En gélules : 200 à 400 mg par jour (sous forme d’extraits).

 

Le chardon béni

 

A prendre en  teinture mère à raison de 20 gouttes 3 fois par jour, ou 3 capsules contenant environ 250 à 300 mg de chardon béni trois fois par jour pour un total de 2000 à 3000 mg par jour.

Si le chardon béni est pris seul sans association avec d’autres plantes comme le fénugrec, il est alors possible d’en consommer jusqu’à 6000 mg tous les jours en plusieurs petites quantités.

Attention car cette plante a des effets secondaires connus quand elle est prise à haute dose chez certaines personnes : irritation gastrique, nausées, vomissement…

 

Le malt d’orge

 

Les vertus galactogènes de la bière sont bien connues du grand public. Pour autant, ce n’est pas la bière en tant que telle qui permet d’augmenter la sécrétion de lait mais plutôt le malt d’orge qui la compose. Le malt d’orge contient des bêta-glucanes qui stimulent probablement l’hypophyse en augmentant la sécrétion de prolactine.

Il est donc possible de boire plusieurs fois par jour de la bière sans alcool riche en malte ou d’autre produit riche en malte comme le Tonimalt ®ou l’Ovomaltine®

 

Autres plantes galactogènes

On dénombre plus de 30 plantes connues pour leurs vertus galactogènes et selon les régions du monde des plantes locales plus ou moins connues…

Parmi elles : L’anis vert et étoilé, le cumin, l’avoine, le pissenlit, le millet, la guimauve, l’Alfalfa, les graines de fenouil, les feuilles de framboisier, l’ortie blanche…  Ces plantes entrent souvent dans la composition des tisanes vendues dans le commerce ou préparées en herboristerie. Si vous souhaitez utilisez au mieux ces vertus, demandez conseil aux pharmaciens herboristes, aux  naturopathes ou aux consultantes en lactation.

 

Les plantes diminuent la production de lait

Si vous souhaitez ralentir la production de lait car vous souffrez d’hyper lactation ou souhaitez accélérer le sevrage, les plantes peuvent aussi vous aider.

 

Le persil plat frais

 

A manger en grande quantité (c’est-à-dire au moins une demi-botte).

En tisane : une cuillère à soupe de persil frais dans 250ml, infusée 5 à 10 minutes et à boire en fin de repas.

En cataplasme : le persil haché peut être appliqué directement sur les seins associé à du froid (lien vers thermothérapie et allaitement)

L’oseille et la sauge sont également connues pour leur propriété « coupe lait ».

 

Les plantes qui soignent les maux de l’allaitement

 

Le choux

En cas d’engorgement, la feuille de choux vert frisé peut être utilisée en cataplasme.

Lavez soigneusement les feuilles. Enlevez la nervure épaisse centrale. Aplatissez-la fermement avec un rouleau à pâtisserie.  Et, placez là dans votre soutien-gorge.

Changez la feuille régulièrement dès qu’elle flétrie et stopper les applications dès que les symptômes diminuent. Au besoin, percez un petit trou dans la feuille pour laisser sortir le mamelon.

 

L’extrait de pépin de pamplemousse

Puissant antibiotique et antifongique naturel, l’extrait de pépin de pamplemousse peut être utile dans le traitement des infections du mamelon, notamment les candidoses.

Les flacons du commerce nomment pépin de pamplemousse, la composition des flacons peut être de composition assez variable. Pour une bonne efficacité choisissez un produit de qualité.

Ce sont les pépins du Pomelo (Citrus paradisi) ou citricidal– idéalement bio – qui doivent composer l’ingrédient principal. Citrus grandis ou  Citrus maxima peuvent être de bons équivalents.

Evitez les préparations qui ont utilisé des solvants chimiques ou de l’alcool durant le processus de fabrication de l’extrait. Il ne doit pas non plus être enrichi de pulpe, bioflavonoïdes, vitamine C ou additif quelconque. La glycérine végétale doit être privilégiée dans la préparation.

La posologie de base est une dilution : 5 à 10 gouttes dans 30 ml d’eau à appliquer sur les mamelons après chaque tétée. Une fois que les douleurs ont disparu, diminuiez progressivement les applications avant l’arrêt total.

Si la douleur ne s’améliore pas après deux ou trois jours, il est possible d’augmenter la concentration du mélange progressivement jusqu’à 25 gouttes maximum pour 30 ml d’eau. L’extrait de pépins de pamplemousse peut aussi être utilisé en prise orale. 10 gouttes dans de l’eau trois fois par jour. Il existe également des comprimés. La posologie habituelle est de 2 comprimés de 125 mg. Trois ou quatre fois par jour pour la mère par voie orale.

 

Nb : Les principes actifs des plantes ne sont pas anodins. Une réaction allergique est toujours possible ainsi que des interactions médicamenteuses. Aussi, il est toujours préférable d’interroger son médecin ou son pharmacien avant d’utiliser un traitement, même à base de plante et en vente libre.

 

Sources :

Leo Desilets

La Leche League

La Leche League

Santé sur le net

Jardinage Le Monde

Photo by Suzy Hazelwood from Pexels

soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *