J’ai des prothèses mammaires… est ce que je peux allaiter ?

J’ai des prothèses mammaires… est ce que je peux allaiter

Les mères qui ont eu recours à la pose d’implants mammaires se posent naturellement cette question lors de la grossesse.

Contrairement à la réduction mammaire qui implique de supprimer du tissu mammaire, la pose d’implants garde intact le tissu mammaire productif : seule une prothèse est ajoutée. Cela pousse certains chirurgiens à facilement rassurer les patientes en assurant qu’elles pourront allaiter.

Cependant, la réponse ne peut être évaluée qu’au cas par cas. Pour mieux y répondre, vous aurez peut-être besoin de recontacter le chirurgien qui vous avez posé les implants pour obtenir votre compte rendu opératoire et/ou faire le point avec une consultante en lactation.

Quelles sont les conséquences possibles ?

Pour que l’allaitement fonctionne bien, votre système nerveux et le réseau de canaux lactifères doivent être intacts ou le moins endommagés possible.

  • Si des nerfs ont été touchés, cela peut avoir un impact sur le réflexe d’éjection et la lactation. En effet, l’étirement du mamelon dans la bouche du bébé ou le tire-lait envoient le message nerveux au cerveau.
  • Si vous avez entièrement retrouvé votre sensibilité des mamelons, cela peut être un indice rassurant. De même, plus l’opération est ancienne plus cela est rassurant car les nerfs, même touchés peuvent avoir eu le temps de se régénérer.
  • Si des canaux ont été sectionnés, le drainage du sein peut s’avérer impossible ou incomplet.  Si vous observez pendant la grossesse des pertes de colostrum c’est plutôt bon signe. Après la naissance, si vous entendez votre bébé déglutir clairement ou si vous arrivez à faire sortir du lait en expression manuel, c’est aussi plutôt rassurant. Cela vous assure, qu’au moins partiellement du lait peut s’écouler et que quelques canaux au moins sont fonctionnels. Attention cependant car chaque sein est constitué de plusieurs lobes et plusieurs canaux abouchent à chaque mamelon. Si certains canaux sont affectés, certains lobes ne pourront pas être drainés et vous risquez de subir temporairement un engorgement sur certaines zones du sein. Par ailleurs, en fonction de la proportion de canaux fonctionnels, l’allaitement exclusif peut être compromis.

Que faire ?

Si vous êtes porteuse de prothèses mammaires et que vous souhaitez allaiter, il est important d’essayer tout de même car la réponse viendra par l’expérience.

  • Enceinte, prenez le temps de récupérer votre compte rendu opératoire et prévoyez une consultation dédiée avec un(e) consultant(e) en lactation certifié(e) IBCLC ou diplômé(e) d’un DU LHAM.
  • Informez l’équipe médicale qui vous suit que vous avez eu recours à une chirurgie mammaire.
  • Dans les heures et jours qui suivent la naissance, observez bien les signes de déglutition de votre bébé. En cas de doutes, essayez d’exprimer manuellement ou avec un tire-lait votre lait.
  • Lors de la monté de lait, faites-vous accompagner pour surveiller et au besoin gérer des éventuels engorgements partiels des seins.

Si vous rencontrez quelques difficultés au démarrage de l’allaitement, ne tirez pas de conclusions hâtives en incriminant directement vos prothèses : de nombreuses mères qui n’ont pas subi de chirurgie rencontrent des problèmes au début de l’allaitement. C’est le bon moment pour de nouveau faire un point avec un(e) consultante en lactation.

 

Quelques indices rassurants :

– Votre sensibilité des mamelons est normale, ils réagissent bien au toucher et aux changements de température.

– Vous pouvez vous-même faire sortir du colostrum ou du lait de vos seins.

– Vos cicatrices ne font pas tous le tour complet de l’aréole. Votre aréole n’a pas été « recentrée ».

– Vous aviez abordé la question de l’allaitement avec votre chirurgien en pré-opératoire.

– Votre opération date de plusieurs années.

soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *