J’accouche par césarienne et je veux allaiter …

J’accouche par césarienne et je veux allaiter …

La programmation de la césarienne inquiète souvent les mamans qui souhaitent allaiter.

Cette inquiétude est légitime car les conséquences de la césarienne peuvent perturber le démarrage de l’allaitement. Avec quelques précautions pourtant, il est possible de limiter les impacts sur l’allaitement.

Exprimer du colostrum avant la naissance.

C’est une pratique rarement faite, et pourtant, elle est très utile ! Si votre césarienne a été programmée, vous pouvez exprimer manuellement la veille un peu de colostrum. Si besoin, demandez l’aide d’une sage-femme ou d’une consultante en lactation pour vous apprendre le geste. Recueillez ces précieuses gouttes dans une seringue (à conserver au frais en attendant la venue de bébé). Ce colostrum pourra être donné à votre bébé juste après la naissance s’il ne peut pas attendre la première tétée. Cela permettra d’éviter qu’il boive du lait premier âge comme premier repas. C’est important pour la colonisation de sa flore intestinale et la composition est mieux adaptée aux besoins de votre bébé.

Demander à faire du peau à peau

En cas de césarienne, les protocoles concernant le peau à peau ne sont pas identiques dans chaque maternités. Dans de rares cas, le peau à peau est proposé directement au bloc avec la maman. Le plus souvent, c’est au papa que l’on propose le peau à peau pendant que les soins sont faits sur la maman. C’est tout de même intéressant pour votre bébé qui retrouve une voix connue. Il pourra ainsi mieux réguler sa température, c’est le bon moment pour proposer un peu de colostrum exprimé la veille !

Après une césarienne, les mamans vont en salle de réveil et restent sous étroite surveillance médicale. Certaines maternités acceptent que bébé et maman fassent du peau à peau en salle de réveil, notamment si la salle de réveil n’est pas commune avec d’autres blocs de chirurgie générale. C’est alors un bon moyen de proposer le sein de façon précoce.

Une fois en chambre, gardez le plus possible votre bébé en peau à peau, cela permettra de multiplier les mises aux seins et favoriser la sécrétion des hormones de l’allaitement. Il existe des bandeaux cododo qui peuvent être utile, ils permettent à votre bébé d’être bien haut contre votre poitrine et de contenir ses pieds pour ne pas qu’ils touchent votre cicatrice.

Prévoyez de l’aide jour ET nuit

La césarienne est une intervention chirurgicale et les suites peuvent être douloureuses. Avec la fatigue et la douleur, il peut être difficile d’assurer seule tous les soins du bébé. Le simple geste de prendre son bébé dans le berceau pour le mettre au sein peut être douloureux. Si le papa ou une personne de confiance reste avec vous jour et nuit, il/elle pourra vous aider dans ces gestes et permettre des mises aux seins fréquentes.

Utilisez des accessoires et aménagez votre espace

Certaines maternités proposent des berceaux cododo : en cas de césarienne, c’est un réel atout et cela évite des gestes douloureux. D’autres maternités acceptent de déplacer le lit contre un mur de façon à pouvoir garder votre bébé le plus possible contre vous, et en toute sécurité.

Si les tétées sont trop douloureuses ou que l’état de votre bébé ne permet pas des mises aux seins fréquentes et efficaces, pensez à exprimer vous-même votre colostrum manuellement ou avec un tire-lait.

Trouvez la bonne position d’allaitement

Après une césarienne, certaines positions d’allaitement sont plus confortables que d’autres : optez pour une position qui n’appuie pas sur votre cicatrice et où votre bébé ne risque pas de mettre un coup de pied dessus. Demandez de l’aide à une sage-femme ou une consultante en lactation.

Ces petites astuces et aménagements vous permettront d’avoir votre montée de lait sensiblement dans les mêmes délais qu’une maman qui a accouché par voie basse.

Gardez confiance en vous et en votre capacité de produire autant de lait que votre bébé a besoin : l’accouchement par césarienne n’impacte en aucun cas votre capacité future à produire du lait.

 

soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *