Freins de langue et allaitement

Vos mamelons sont très abîmés ?  Les tétées sont douloureuses ? Votre bébé avale beaucoup d’air ?

Votre bébé grossit peu et s’énerve au sein ? Votre bébé a du mal à prendre le sein ?

Vous souffrez d’engorgements fréquents, ou au contraire vous manquez de lait ?

Et si cela était dû à un frein de langue restrictif ? La Minute Maternelle vous explique les incidences d’un frein de langue sur l’allaitement…

Qu’est-ce qu’un frein de langue restrictif ?

Pendant la grossesse, la langue du fœtus est complètement attachée au plancher buccal. Progressivement elle se libère et il ne reste plus qu’une membrane de tissus conjonctifs que l’on peut voir lorsque la langue est relevée.

Frein de langue restrictif
Frein de langue serré ou de type 2

Nous avons donc tous un « frein » de langue. Cependant, ce frein doit permettre à la langue d’être bien mobile : elle peut monter jusqu’au palais, sortir loin devant les lèvres, bouger sur les côtés…

Chez certaines personnes, le frein de langue est dit « restrictif » car il limite la mobilité de la langue. On peut parler également dankyloglossie, de frein « serré » ou de frein « court ».

Il existe plusieurs sortes de freins de langue

Les freins de langue s’évaluent en fonction de leur longueur, la localisation de leur insertion, leur épaisseur, leur consistance et leur impact sur la mobilité de la langue.

D’une façon générale, les freins de langue antérieurs (c’est-à-dire très en avant dans la bouche) sont facilement repérables, y compris par les parents. La langue est quasiment collée au plancher buccal et dans les cas extrêmes la pointe est complètement fixée à la gencive.

Frein de langue court
Frein de langue court

Les freins plus postérieurs ou sous muqueux sont plus difficiles à repérer et passent souvent inaperçus aux yeux non-avisés. Ils demandent un examen au doigt de la bouche du bébé et une évaluation de la succion.

Frein de langue postérieur
Frein de langue postérieur

Quel impact sur mon allaitement ?

La langue a un rôle majeur dans la qualité de la prise du sein et l’efficacité de la succion/ déglutition.

video frein de langue
Video explicative de l’incidence des freins de langue sur l’allaitement

En effet, le mamelon est maintenu en bouche contre le palais grâce à la langue. Pendant la tétée, le mamelon est donc complètement cerné par la langue, les joues et le palais. Si ce n’est pas le cas, il est extrêmement difficile pour le bébé de maintenir le sein en bouche.

Certains bébés ne parviennent donc pas à prendre le sein, d’autres y arrivent mais au prix de gros efforts et de compensations. La compensation la plus fréquente est de serrer les mâchoires et les lèvres.

Avec une telle prise du sein, les conséquences sont multiples :

  • Les mamelons sont comprimés ce qui peut être très douloureux. Le mamelon est complètement aplati et peut également être en biseau quand bébé lâche le sein. La face du mamelon peut être très abîmée.
  • Le bébé peut avoir des « cloques » de succion sur les lèvres qui témoignent de l’effort qu’il fait avec ses lèvres pour maintenir le sein en bouche
  • Le mamelon n’est pas bien étiré vers le fond de la bouche et reste dans la partie avant. La succion est alors moins efficace ce qui limite le transfert de lait. Le risque est donc double : mauvaise prise de poids pour bébé et complications pour mamans de type canal bouché/mastites ou baisse de lactation.
  • Le bébé fait beaucoup d’effort et s’endort rapidement au sein sans avoir assez bu. Il est donc obligé de téter de façon ultra fréquente.

 

Par ailleurs, la langue fait partie intégrante du mécanisme de coordination succion/déglutition. Si ses mouvements sont anormaux alors il devient difficile pour bébé de gérer correctement le flot de lait dans la cavité buccale. Les bébés avec des freins de langue restrictifs ont donc souvent tendance à faire des fausses routes au sein ou au biberon et à avaler beaucoup d’air.

Avec de telles conséquences possibles sur la prise du sein, l’efficacité de la tétée, et la déglutition les freins restrictifs peuvent être de vrais freins à l’allaitement. Les mères confrontées à cette situation vivent souvent des allaitements très compliqués et ont besoin d’un accompagnement sur mesure.

Qui consulter ?

Peu de professionnels de santé sont sensibilisés à l’impact des freins de langue restrictif sur l’allaitement. Les consultantes en lactation IBCLC ont une formation théorique sur le sujet mais des formations complémentaires sont souvent nécessaires pour mieux dépister et accompagner ces situations. Certaines sages-femmes ou pédiatres font aussi l’effort de se former sur le sujet.

La prise en charge est pluridisciplinaire. Lors de la JIA 2019, Joyce Pye Funston – IBCLC aux états unis- spécialiste de la prise en charge des freins restrictifs a bien détaillé l’importance d’un accompagnement pluridisciplinaire dans ce type de situation.

  • La consultante en lactation est en première ligne pour accompagner l’allaitement : optimiser la prise du sein, assurer le transfert de lait, soutenir la lactation, évaluer la succion.
  • Le chirurgien ORL, ou pédodontiste, ou éventuellement le pédiatre pourra poser le diagnostic de frein restrictif et intervenir en libérant le frein.
  • Un thérapeute manuel (ostéopathe, chiropracteur, kinésithérapeute) pourra libérer les tensions souvent associées à un frein restrictif et travailler sur les conséquences morphologiques liées aux freins restrictifs comme par exemple un palais creux.
frein de langue entraîne un palais creux
frein de langue et palais creux

Un orthophoniste peut également être utile si des troubles de l’oralité persistent après intervention.

La langue est constituée de 17 muscles intriqués les uns aux autres, la libération du frein ne suffit pas toujours à résoudre les problèmes, il est possible que des exercices de rééducations soient nécessaires pour que bébé se réapproprie sa « nouvelle » langue et puisse utiliser ses nouvelles compétences. La langue doit pouvoir s’élever, onduler, latéraliser, s’étirer vers l’avant, s’étaler.

Quelles solutions possibles ?

Le seul véritable traitement d’un frein de langue restrictif est la section ou l’ablation du frein : C’est une intervention simple qui peut se faire en cabinet quand le bébé est encore petit; mais qui peut nécessiter une anesthésie générale si bébé bouge trop. Plusieurs techniques existent : au ciseau ou au laser. Le choix de la technique varie selon les praticiens. Le plus important est que le praticien maîtrise bien son outil, et libère complètement la langue, y compris dans la partie postérieure.

Il y a un petit risque de saignement qui demande une surveillance d’une vingtaine de minute après intervention. Certains praticiens recommandent des exercices d’élévation de la langue pour que la cicatrisation ne se soude pas de nouveau à la zone d’intervention.

Frein de langue avant et après intervention
Frein de langue avant et après intervention

Le choix d’intervenir ou pas sur le frein relève des parents. Il est donc important de faire une évaluation fine de la situation de votre bébé. Concernant l’allaitement, il est possible d’allaiter un bébé avec un frein de langue si maman n’a pas mal ou si bébé prend bien du poids. Une consultante en lactation peut vous aider à adapter votre allaitement à cette situation. Un positionnement optimal, la compression du sein, l’hyper alternance des tétées, le soutien de la lactation au tire lait sont autant d’outils qui peuvent éviter d’avoir recours à la chirurgie.

Pour autant il faut avoir conscience que les freins de langue restrictifs n’impactent pas seulement l’allaitement.

Quelles autres conséquences pour mon bébé ?

Face à un allaitement compliqué du à un frein de langue, on peut être tenté de renoncer à l’allaitement, ou vouloir mettre en place un tire allaitement. Pour autant les freins de langue restrictifs ne concernent pas uniquement l’allaitement. Selon les cas ils peuvent avoir un impact sur bien d’autres domaines :

La première conséquence pour un bébé se situe dans le modelage de la cavité buccale. C’est la langue qui permet de modeler la cavité buccale dès  la grossesse. Si la mobilité est réduite il peut y avoir des conséquences morphologiques sur le palais, la mandibule et le placement des dents. A long terme cela peut nécessiter des soins d’orthodontie.

Soins d'orthodontie suite à un frein de langue
Soins d’orthodontie suite à un frein de langue

Lors de la diversification, bébé peut avoir du mal à gérer les solides en bouches car la langue est encore un acteur majeur de la mastication et la déglutition et fait progresser le bol alimentaire en bouche.

La langue un rôle dans la phonation, aussi certains sons peuvent être compliqué ou impossible à faire si la langue n’est pas suffisamment mobile.

D’autres troubles peuvent aussi être associés à un frein de langue restrictif telle que certains reflux gastro-œsophagien, apnées du sommeil, caries et gingivites

Face à la multitude des impacts possible, il serait souhaitable que plus de professionnels connaissent la problématique des freins restrictifs pour mieux informer les parents et pour une meilleure prise en charge du problème.

soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *