IHAB…. Les hôpitaux « amis des bébés »

IHAB, Initiative Hôpital Amie des Bébés

C’est un peu surprenant mais depuis 1991, il existe un label international « initiative hôpital ami des bébés ».

On pourrait penser que tous les hôpitaux sont « amis des bébés », que tous les personnels sont formés et que les soins sont tous organisés dans le respect des enfants et de leur famille …et pourtant non.

Hier encore, dans un grand hôpital privé de Marseille, je lisais une pancarte à l’intention des parents rappelant les horaires de service de repas et demandant aux mères d’avoir terminé de manger 1/2h après le service « pour faciliter l’organisation de travail du personnel ».

Toute maman qui a accouché sait combien il peut-être parfois difficile de trouver le temps de manger. Ou bien même, de  prendre une douche. Tétées, changes, biberons, tire-lait, douches, visite, sieste, soins, peau à peau… Les journées passent à grande vitesse et tous les soins de bébé sont « prioritaires ». En effet, ce n’est pas aux mères de faciliter « l’organisation de travail du personnel » mais au personnel d’être là pour soutenir et accompagner les mères.

C’est justement face au constat de nombreuses dérivés du même ordre que des équipes ont voulu recentrer les soins autour des bébés et de leur famille.

Cette démarche certifiée par le label IHAB repose sur 3 axes fondamentaux :

– Une attitude de l’ensemble de l’équipe centrée sur les besoins individuels de la mère et du nouveau-né

– Un environnement et un accompagnement en adéquation avec la philosophie des soins centrés sur la famille

– Un travail en équipe et en réseau pour assurer la continuité des soins.

Le processus de labélisation nécessite la formation du personnel pour que leurs pratiques soient en accord avec les 12 recommandations ci-dessous.

De plus, il serait souhaitable que ces recommandations de bon sens soient appliquées dans tous les établissements. Malheureusement comme ce n’est pas le cas, ce label présente actuellement un grand intérêt pour aider les familles à choisir une maternité quand c’est possible.

A ce jour, peu de maternités sont labélisées en France. En 2018, seulement 38 services étaient labélisés « amis des bébés ».

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce label ou avoir la liste des maternités labélisées, vous pouvez vous rendre sur le site de l’IHAB.

Les 12 recommandations de l’IHAB :

  1. Adopter une politique d’accueil, d’accompagnement des nouveau-nés et de leur famille. Formulée par écrit et systématiquement portée à la connaissance de tous les personnels soignants.
  2. Donner à tous les personnels soignants les compétences nécessaires pour mettre en œuvre cette politique.
  3. Informer toutes les femmes enceintes des avantages de l’allaitement au sein et de sa pratique, suivies ou non dans l’établissement.

Informer les femmes enceintes hospitalisées à risque d’accouchement prématuré ou de naissance d’un enfant malade des bénéfices de l’allaitement et de la conduite de la lactation et de l’allaitement.

  1. Placer le nouveau-né en peau à peau avec sa mère immédiatement à la naissance pendant au moins une heure. Encourager la mère à reconnaître quand son bébé est prêt à téter, en proposant de l’aide si besoin.

Pour le nouveau-né né avant 37 SA, il s’agit de maintenir une proximité maximale entre la mère et le nouveau-né, quand leur état médical le permet.

  1. Indiquer aux mères qui allaitent comment pratiquer l’allaitement au sein. Puis, comment mettre en route et entretenir la lactation, même si elles se trouvent séparées de leur nouveau-né ou s’il ne peut pas téter.

Donner aux mères qui n’allaitent pas des informations adaptées sur l’alimentation de leur nouveau-né.

  1. Privilégier l’allaitement maternel exclusif en ne donnant aux nouveau-nés allaités aucun aliment ni aucune boisson autre que le lait maternel, sauf indication médicale.

En néonatologie, privilégier le lait de la mère, donné cru chaque fois que possible. Privilégier le lait de lactarium si un complément est nécessaire.

  1. Laisser le nouveau-né avec sa mère 24 heures sur 24. Favoriser la proximité de la mère et du bébé. Privilégier le contact peau à peau et le considérer comme un soin.
  2. Encourager l’alimentation « à la demande » de l’enfant.

En néonatologie, observer le comportement de l’enfant prématuré et/ou malade pour déterminer sa capacité à téter. Proposer des stratégies permettant de progresser vers l’alimentation autonome.

  1. Pour les bébés allaités, réserver l’usage des biberons et des sucettes aux situations particulières.
  2. Identifier les associations de soutien à l’allaitement maternel et autres soutiens adaptés et leur adresser les mères dès leur sortie de l’établissement. Travailler en réseau.
  3. Protéger les familles des pressions commerciales en respectant le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel.
  4. Pendant le travail et l’accouchement, adopter des pratiques susceptibles de favoriser le lien mère-enfant et un bon démarrage de l’allaitement.

Photo by Daniel Reche from Pexels

soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *