Hydratation et allaitement

Hydratation et allaitement

Hydratation et allaitement, écouter sa soif

L’eau représente environ 60% du poids du corps et elle est indispensable à notre santé. La plupart des recommandations d’apports hydriques se situent entre 1,5 et 2,5 L d’eau par 24h. Certains sites recommandent même jusqu’à 3L/24h.

Les apports hydriques sont composés de l’eau et des boissons que l’on boit mais aussi des aliments que nous mangeons. Si vous souhaitez évaluer vos apports hydriques, ne comptabilisez pas que vos verres d’eau. Pensez à tout :  votre thé, vos tisanes, vos cafés, vos soupes, vos fruits et légumes, etc…

Les besoins en eau sont assez variables en fonction de la morphologie, de l’activité physique, du climat, de l’état de santé…   Certaines de ces conditions nécessitent donc d’augmenter les apports. Par exemple, en cas de forte chaleur, d’effort physique, de fièvre, de certaines pathologies…. Et bien sûr en cas d’allaitement !

Beaucoup de femmes remarquent une soif intense au moment de la tétée. Il est donc judicieux d’avoir une bouteille d’eau à portée de main quand on allaite de façon à pouvoir répondre à ce signal physiologique. Les soins à un nouveau-né demandant beaucoup d’attention, il est facile « d’oublier » d’écouter sa soif !

Boire à sa soif est le meilleur moyen de prévenir la déshydratation.

Tordons le cou aux idées reçues :

  • Boire d’avantage n’augmente pas la production de lait ! Le lait étant fabriqué à partir sang, chez l’adulte le volume total de sang qui circule dans l’organisme est stable et se situe autour des  80ml de sang par kg, soit +/- 5L.
  • Se forcer à boire plus dans le but de produire du lait ne fera pas augmenter votre volume sanguin : le surplus sera tout simplement éliminer par les urines, la sueur, les larmes, etc… À l’extrême cela peut même être dangereux pour votre santé et provoquer une hypernatrémie !
  • Se restreindre en eau ne fait pas diminuer la production de lait, cela ne fait pas partie des recommandations en cas de sevrage ou d’engorgement.
  • Ne pas boire assez est un vrai risque pour les mamans : si vous ne buvez pas assez, vous constaterez en premier lieu que vos urines sont concentrées (foncées et odorantes). Vous pouvez aussi ressentir une sensation de sécheresse au niveau de la bouche et la gorge.  Ce sont des signes d’alerte qui doivent vous inciter à augmenter vos apports hydriques. À l’extrême, si la déshydrations dure dans le temps, vous pouvez même avoir  des maux de tête, des vertiges, ainsi qu’une peau très sèche et une intolérance à la chaleur.

Conclusion, buvez beaucoup et avec envie ! 🙂

soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *